Mot de la présidente

Les aînés à l’heure de la solidarité

Nous sommes dans un tournant démographique important comme société.  Pour l’AFANB, le vieillissement de la population doit nourrir une réflexion sérieuse quant à ce changement démographique.

D’abord, n’est-il pas possible de changer le paradigme afin que le message associé à la population aînée soit plus positif et surtout plus proche de la réalité? Le temps est venu d’examiner ce que chaque génération apporte concrètement à l’autre, pour que la population vieillissante, dont une très grande proportion est active, engagée et dynamique, soit perçue comme un levier, une force pour notre société toute entière. 

Sur ce point, dans une étude sur le vieillissement au N.B, les chercheurs acadiens Maurice Beaudin et Pierre-Marcel Desjardins nous rappellent que le vieillissement démographique offre de réelles opportunités qu’il faut saisir. Selon le Dr Richard Hébert, « Il faut en faire un développement durable. »

Il est vrai qu’entre le moment où on prend notre retraite et celui où notre capacité à contribuer à la société diminue, il peut s’écouler plusieurs années de contribution significative, à la société ou auprès de nos proches.

Et qu’en est-il de l’apport économique et social des aînés dans nos communautés? La réalité est que notre province ne peut s’en passer. À titre de citoyennes et de citoyens de plein droit, nous avons une responsabilité personnelle et collective de partager nos savoirs et nos expériences, de nous rapprocher des générations qui nous suivent et de demeurer des acteurs importants de nos sociétés.

Force est de constater que malgré notre nombre sans cesse croissant, la société accorde trop peu de place à nos aînés d’un point de vue social, politique et économique. On n’a qu’à écouter les politiciens. Malgré les nombreuses promesses faites de part et d’autre lors de la dernière campagne électorale, peu d’attention concrète a été accordée aux aînés.

Il est donc important comme individu et comme association de contribuer à changer le regard sur le vieillissement, à se faire entendre encore davantage. Les aînés ne peuvent se permettent de demeurer silencieux ou absents des grands enjeux de notre province, encore plus lorsqu’on parle des enjeux liés à la survie de notre langue et de notre culture. Il faut continuer à faire entendre notre voix, rappeler aux politiciens qu’au N.-B., nous avons des droits acquis en matière de langue et de culture. Nous avons un pouvoir, à nous de nous en servir.

L’AAFNB a l’intention de poursuivre son œuvre à la défense des droits des aînés francophones du N.-B. L’AFANB doit continuer d’agir en solidarité avec les autres organismes acadiens. Il faut être présents, ensemble et solidaires, aux rencontres et aux forums pour défendre nos droits.

La privatisation du programme d’Extra-mural, la pauvreté et la maltraitance chez les aînés, les conditions de travail des employés dans les soins aux aînés (majoritairement des femmes), les services dans notre langue, sont des dossiers prioritaires de l’AFANB, mais ce sont aussi des dossiers qui interpellent d’autres organismes acadiens et francophones. Continuons à travailler ensemble, solidaires et partenaires, nous n’en serons que plus forts.

L’AFANB a l’intention de poursuivre son œuvre à la défense des droits des aînés francophones du N.-B. Elle doit continuer d’agir en solidarité avec les organismes acadiens. Il faut être présents, ensemble, aux différentes rencontres et forums pour défendre nos droits.

Nous avons du pain sur la planche! Partons à l’aventure ensemble afin de conscientiser les générations qui nous suivent et qui reprendront le flambeau. Les aînés peuvent être une source de connaissances, d’expériences, de vécu et oui, de richesse. Individuellement et collectivement, nous avons un pouvoir économique, politique, social et culturel et c’est à nous de l’exercer.
 
Solange Haché
Présidente de l’AFANB